A PROPOS

Professeure de yoga et praticienne en bien-être, aujourd'hui spécialisée en périnatalité, je vous propose de vous accompagner dans votre parcours de maman ou future maman à travers la pratique du yoga et des soins bien-être tel que des massages ou réflexologie, pour vous et vos enfants

CONTACT

Sandrine Gameiro-Darraux

- Maman Yogini -

Boulogne Billancourt (92)

tél. : 07 81 61 63 69

mail : mamanyogini@gmail.com

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

© 2013 by Sandrine Gameiro-Darraux -  Tous droits réservés. - Mentions Légales - CGV - Politique de confidentialité

Comment gérer ma colère ?



Ce n’est pas parce que je suis professeur de yoga que je suis la reine pour maitriser mes émotions. Loin de là. Celle que je gère le moins c’est la colère, initié sans doute par la peur mais la colère tout de même. Cet été par colère j’ai réagis d’une façon pas très jolie du tout. Même si lors d'une soirée entre amis, l'anecdote peut faire rire, à mon sens je suis allée trop loin et je me suis dit à ce moment là « plus jamais, plus jamais je ne veux réagir comme ça, plus jamais je ne veux me laisser envahir, emporter par une telle émotion destructrice et autodestructrice ». Mais comment faire pour ne plus être victime de ses émotions négatives ? Comment gérer la colère quand je sens qu’elle arrive ?

Lorsque que la vie ou une personne s’en prend à une personne que j’aime ou à moi même de façon injuste, ma première réaction est l’attaque (ou la défence) alors que d’autre tenteront de contenir cette colère ou autres émotions en la refoulant. De toute façon l’une ou l’autre attitude crée davantage de perturbations que de solutions.

C’est beau de me dire « plus jamais ça » mais je fais comment pour gérer ça la prochaine fois. C’est facile de se dire ça une fois la colère passé mais au fond de moi je sais que ça peut revenir et je suis terrorisé à l’idée de donner encore raison à cette colère.Pourtant je connais les outils pour m’aider. Alors peut-être qu’en les écrivant noir sur blanc pour les partager avec vous me sera tout aussi bénéfique qu’à vous.

Pourquoi nous laissons nous envahir par nos émotions?

Nous avons, en effet, l’habitude de refouler tout ce qui n’est pas en rapport avec l’image que nous nous efforçons de donner de nous-mêmes, seulement c’est sans compter avec la force de notre inconscient qui tôt ou tard se manifestera, sous une forme ou une autre.

Tout nous rappelle quelque chose, de manière consciente ou inconsciente, même si nous l’avons oublié. Notre rapport au monde n’est pas neutre, et nos réactions face à nos émotions sont directement reliées à notre histoire. Et qui de plus, si nous ne l’avons pas complètement acceptée, se recrée à chaque événement en rapport avec notre vécu personnel, comme une boucle infernal.

Autrement dit, vouloir contrôler une émotion est parfaitement vain. La clé est, plutôt que d’essayer de maitriser cette émotions il faudrait la laisser nous traverser. Cela nécessite une certaine compréhension des mécanismes de l’esprit, mais surtout une totale honnêteté envers soi et de la volonté à accepter ce qui a été.

Mais alors je fais quoi pour gérer mes émotions ?

Tout d’abord, considérer ses émotions négatives comme des ennemis et ainsi entrer en lutte contres elles est une erreur. C'est épuisant car mine de rien nous dépensons une énergie folle dans cette lutte et tout ça pour rien.

L’émotion, qu’elle soit bonne ou mauvaise, est une énergie. Et comme toute énergie, pour être constructive et utile, elle a besoin d’être canalisée. C’est pourquoi nous devons bien faire la différence entre « gérer ses émotions » et vouloir les contrôler.

Voici ce que je vais tenter de faire, d’être et tout cela en toute conscience dès maintenant :

Prendre conscience de mes émotions pour mieux la canaliser

Notre perception habituelle du monde ne nous donne qu’une vision en surface, fait d'apparences grossières. Nous attachons plus d’importance au regard de l’autre, et notre perception est faussée, elle s’arrête à l’image que autrui nous donne à ce moment là. En réalité nous ne percevons que la forme et non le fond, nous ne percevons pas la vraie nature de ce que nous voyons.

Alors lorsque qu’une émotions arrive, lorsqu’un événement ne se passe pas comme prévu, lorsqu’une personne nous irrite, arrêtons nous un instant comme si nous pouvions mettre ça sur pause afin de nous concentrer sur la véritable nature de ce qui est.

Ce focus va nous donner la stabilité et le recul indispensable dans la gestion de nos émotions. Certes notre émotions ne va pas disparaître, mais nous pourrons acquérir progressivement une distance qui nous permettra de nous laisser traverser par ce flot d’énergie montante sans pour autant en être esclave. Au contraire, en devenant capables de rester tranquilles lorsque l’émotion nous traverse, nous pouvons être en même temps capable de percevoir comment elle se crée au sein de notre esprit, de notre corps.

Progressivement, nous parvenons à en réduire l’intensité et à canaliser sa force et son énergie. Naturellement, il ne suffit pas de se le dire ou de l’écrire comme je le fais. Cela nécessite un certain entraînement qui, par sa régularité, va induire en nous de nouveaux réflexes salutaires.

Quelques clés :

Si comme moi il arrive que l’émotion prenne une telle intensité que vous avez alors le sentiment de ne plus rien contrôler. Dans ce cas, pas de panique, il existe quelques « outils » utiles.

• La respiration

Allongez-vous et respirez profondément et calmement tout en vous laissant traverser par l’émotion. N’essayez pas de la chasser ou de la contrôler, si vous n’intervenez pas, elle va s’arrêter d’elle-même. Quoi qui s’élève à la conscience, laissez-le se manifester et disparaître tout seul. Peu importe que cela soit sombre ou pas, il faut juste laisser la vague vous traverser. Il est possible qu’après coup vous vous sentiez très fatigué, c’est normal puisque le système nerveux a été très sollicité.

• Allez marcher

Vous ne parvenez pas à évacuer ? Faites de l’exercice et surtout de la marche. Pourquoi une préférence pour la marche ? Parce qu’elle ne vous excitera pas, vous pouvez marcher, même vite, sans vous laisser emporter par le mouvement, en restant présent à vous-même.

• Pratiquez l’autosuggestion

Elle doit être utilisée avec intelligence car il ne s’agit surtout pas de masquer les émotions mais d’établir un dialogue avec soi-même. Imaginez un instant une personne dans la même situation que vous : quel genre de paroles aurait-elle besoin pour traverser cette émotion, que lui diriez-vous ? Faites la même chose avec vous-même. Parlez-vous à vous-même comme vous parleriez à un ami.

• Anticipez vos émotions

apprendre la gestion des émotionsDe la même façon que vous vous préparez à une situation à venir, vous pouvez aussi vous préparer à cet « événement mental ». Grâce à la visualisation, vous pouvez voir par avance quelle attitude adopter lorsqu’une émotion se manifestera. C’est bien connu, la meilleure façon de gérer un stress est de l’anticiper ; il en est de même pour une émotion. Alors, au lieu de redouter vos propres émotions affrontez-les !

• Utilisez vos expériences passées pour vous libérer

Lorsque vous avez vécu une émotion forte, voire violente, plutôt que d’essayer d’oublier l’événement en question, regardez ce qui s’est réellement passé. Comment êtes-vous entré si facilement dans cette colère, comment la jalousie vous a pris par le bras, comment l’angoisse ou l’anxiété vous ont submergé ? Là aussi, utilisez la visualisation et surtout l’imagerie mentale. Repassez le film de la situation, regarder cette « scène » avec recul et détachement et pour comprendre ce qui vous est arrivé et donc de vous en libérer.

• Développer la confiance en soi

Quoi que vous vouliez réaliser, vous avez besoin d’une certaine dose de confiance en vous-même. Le manque de confiance en soi est souvent à l’origine des émotions que nous vivons. En effet, une personne qui en souffre se blessera plus facilement avec une remarque faites à son encontre, elle sera plus facilement submergée par l’émotion lorsqu’elle sera confrontée à une situation adverse.

La confiance en soi est aussi nécessaire pour garder son sang froid lorsque des émotions violentes nous traversent.

Il est donc primordiale d’acquérir confiance en soi et estime de soi.

• Se libérer des émotions en allant à la racine

Ce n’est pas l’émotion qui représente un obstacle mais notre incapacité à la maîtriser. Une émotion n’est en soi ni bonne ni mauvaise, c’est ce qu’elle « transporte » avec elle qui crée la souffrance. Elle ne se réveille pas, en effet, par hasard.

L’émotion trouve sa source dans notre perception plus ou moins consciente de la réalité. C’est à la racine de la difficulté que nous devons aller.

Au moment même où l’émotion s’élève, essayons de percevoir le scénario mental auquel elle est rattachée afin d’accepter l’émotion qui nous arrive, l’accueillir, la laisser nous traverser.. Mais pour cela, nous avons besoin de pratique et peut-être accepter une aide extérieur afin d’être guidé en toute sécurité.

Bref, facile à dire tout ça, n’est-ce pas. Gérer ses émotions ne va pas se faire du jour au lendemain. C’ est un travail de chaque instant. Et rien n’est acquis. En tous les cas, j’ai décider de faire se travail pour mon bien-être et de ceux qui m’entourent.

#émotions #colère #respiration #gestiondesémotions

67 vues