En quoi les différences physique hommes/femmes influencent la pratique posturale?


Je repète souvent à mes élèves que la posture parfaite n'existe pas.

Je les invite à écouter et respecter leur corps pour chercher l'harmonie dans la posture plutôt que de chercher à faire comme le professeur ou leur voisin.

Les ajustements doivent se faire en fonction de notre corps. En effet, notre corps, notre structure osseuse, … diffèrent d'un individu à l'autre et aussi d'un sexe à l'autre.

Voici pourquoi les femmes et les hommes abordent le yoga avec des "difficultés" différentes :

1 - Le centre de gravité :

Comme la femme a les hanches plus larges, son centre de gravité est généralement plus bas, alors que celui de l'homme se trouve dans sa poitrine plus large.

Cela influence l'exécution de certaines postures, comme les postures en équilibre sur les bras (ex : la posture du corbeau - "Bakasana", ou le bâton "Chaturanga") où le centre de gravité de la femme est trop loin de sa base (à savoir dans ses mains pour les exemples cités). Ainsi la plupart des femmes abandonnent vite ce type de posture (moi la première) car elles ont le sentiment de manquer de force dans leur bras pour supporter le poids du corps.

Expérimentez ceci : travailler la force dans les jambes afin de redistribuer le poids du bassin, de sorte à être plus en harmonie et dans la justesse de la posture. Par exemple travailler chaturanga (le bâton) avec un support entre les cuisses.


2 - Les hanches :

Les os des cuisses (les fémurs) des hommes sont placés plus près l'un de l'autre et vont plus directement vers le bassin que ceux des femmes, qui sont plus éloignés et dessinent une courbe plus prononcée dans la cavité de la hanche.

Par conséquent, les femmes ont plus de mal à bouger l'intérieur des cuisses dans les postures de face, comme l'étirement intense des côtés (parsvottasana, virabhadrasana 1 (guerrier 1)), ainsi que dans les postures en flexion assise si elles sont prises selon l'alignement classique à savoir pieds ensemble.

Expérimentez ceci :

- prendre une position plus écartée : écartez les pieds de la largeur du bassin pour rendre plus accessibles les bons mouvements de l'intérieur des jambes.

-allongez le coccyx en raffermissant l'exterieur des hanches. Cela crée un alignement harmonieux des jambes, du bassin et de la colonne vertébrale.


3 - La masse musculaire :

Les femmes ont une masse musculaire moins volumineuse. Mais elles ont une plus vaste gamme de mouvements parce qu'elles sont de nature plus souples. Sauf que, du coup, elles ne peuvent se fier à une rigidité et à une musculature naturelles pour garder des articulations stables. De plus les changements hormonaux durant leur vie (menstruations, grossesse, allaitement,…) font diminuer le soutien des ligaments autour des articulations. Ainsi plus elles avancent dans l'âge plus les muscles ont tendances à s'éloigner des os.

Expérimentez ceci :

- engagez le plus souvent possible les muscles pour qu'ils se rapprochent des os et que les bras et les jambes soient tirés vers la ligne médiane. Cela va renforcer les muscles et stabiliser les articulations pour s'étirer en toute sécurité.

4 - L'articulation sacro-iliaque :

Les femmes sont de 8 à 10 fois plus susceptibles que les hommes à souffrir de douleurs sacro-iliaques.

L'articulation sacro-iliaque se compose d'une série de ligaments allant du sacrum (l'os plat en forme de triangle inversé à la base de la colonne) au bassin. Il n'est pas conçu pour une vaste gamme de mouvements puisque sa fonction principale est la stabilité.

Une simple activitée comme la marche, va créer plus de mouvements dans cette articualtion chez la femme que chez l'homme dût à sa largeur hanche.

De plus, bassin plus large signifie aussi une articulation moins profonde donc le sacrum s'attache au bassin sur une plus petite partie. Puis, si on ajoute l'assouplissement hormonal des ligaments à certains moment du mois et durant la grossesse, on comprend que cette région soit fragilisée chez la femme.

Le yoga va permettre de renforcer les muscles de soutien, et corriger l'alignement afin de prévenir les douleurs sacro-iliaques.

Expérimentez ceci :

- Flexions arrières simple (sauterelle, cobra, arc) peuvent renforcer les muscles de soutien tant qu'elles sont exécutées correctement.

- Attention aussi aux flexions avant. Ces postures ne sont pas uniquement des mouvements de la colonne mais implique également le bassin et donc l'articulation sacro-iliaque. Par conséquent je vous invite, encore une fois, à faire travailler les jambes correctement. En plaçant bien les cuisses nous pouvons amorcer la flexion avant ou la torsion à partir du bassin et protéger ainsi l'articulation sacro-iliaque.

Ces différents point concernent l'anatomie homme/femme de manière général ensuite chacun a une structure osseuse différente avec laquelle il faut s'adapter. Je trouve cela intéressant d'explorer son corps, d'être à l'écoute afin d'expérimenter la posture.

(source : Ayala Gill dans "a chacun son yoga")

#anatomie #yogafemme #yogahomme #hanches #articulation

MON APPROCHE

Accompagnement globale de la Femme et de l'Enfant.

 Yoga thérapeutique

Massage Prénatal

Massage Postnatal

Massage Préconception

Massage bébé et de l'enfant

Réflexologie Plantaire 

Vivez votre propre vie

c’est à dire, là où vous êtes, tel que vous êtes,

avec ce que vous êtes,

avec qui vous êtes. »

Swami Prajnanpad

Sandrine Gameiro-Darraux

- Maman Yogini -

Boulogne Billancourt (92)

tél. : 07 81 61 63 69

mail : mamanyogini@gmail.com

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

CONTACT

© 2013 by Sandrine Gameiro-Darraux -  Tous droits réservés. - Mentions Légales - CGV - Politique de confidentialité